Objectif des 100 000 bornes de recharge : où en est-on ?

  1. Accueil
  2. Blog
  3. Actualite
  4. Objectif des 100 000 bornes de recharge : où en est-on ?

Depuis 2010, plus de 371 000 véhicules électriques ont été mis en circulation en France. L’année 2020 a confirmé la progression des immatriculations propres, avec un triplement des ventes. Cette accélération rend nécessaire la multiplication des stations de bornes de recharges sur le territoire. Ainsi, l’État s’est fixé l'objectif ambitieux des 100 000 bornes d’ici la fin de l’année. Presqu'un an après l'annonce du plan, où en sommes-nous ?

Objectif 100 000 bornes fin 2021

D'ici fin 2021, la France s'est donné comme objectif 100 000 bornes de recharge ouvertes au public pour les voitures électriques. Afin d'atteindre ce chiffre, le gouvernement a débloqué 100 millions d’euros dans le cadre de "France Relance" pour aider les entreprises qui investiront afin d'équiper les aires d’autoroute.

Capture d’écran 2021-07-21 à 12.16.42

L’Avere-France décomptait 33 363 points de recharge publics au 1er mai 2021 en France soit plus de 7% en plus par rapport à février 2021. Si on ajoute à cela les points de recharge privés, on arrive à un total de 451 803 points de recharge dans l’Hexagone. Ainsi, 90% des ravitaillement en énergies s’effectuent à domicile ou sur le lieu de travail.

Sans titre

La France compte en moyenne un point de recharge pour 12 véhicules électriques, ou pour 16 véhicules électriques ou hybride rechargeables.

Place par rapport à l'europe

Où trouve-t-on le plus de points de recharge ?

Les régions Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et Occitanie sont les trois régions comptabilisant le plus de points de recharge au 1er mai 2021.

Les régions Centre-Val-de-Loire et la Normandie sont les premières en nombre de points de recharge pour 100 000 habitants.

L'Ile-de-France compte le plus d'ouvertures de points de recharges (5 333 nouveaux), et d'immatriculations de véhicules électriques et hybride rechargeables.

Sans titre

La France constitue le troisième plus grand parc national de bornes publiques en Europe avec 15% du total, derrière les Pays-Bas et l’Allemagne.

Les acteurs des bornes de recharge

Aujourd’hui on dénombre plus de 30 acteurs sur le marché français des bornes de recharge électrique. On peut les diviser en 6 grands types d’acteurs :

  • Les fabricants (Scheider Electric, Sobem-Scame,...) : ce sont eux qui conçoivent et produisent les bornes.

  • Les distributeurs (Sonepar,...) : ils achètent les bornes aux fabricants, les stockent puis assurent l’assistance aux installateurs.

  • Les installateurs (Bouygues Energie Services, Easycharge, Izivia,...) : ils distribuent et installent les bornes accessibles au grand public sur la voirie, dans les parkings des centres commerciaux, …etc.

  • Les opérateurs de bornes (Freshmile, LMS, Virta,...) : ils occupent un rôle clé puisqu’ils gèrent la relation entre la borne et le fournisseur d’électricité ainsi que le fournisseur de service de mobilité. En effet, ils configurent, gèrent et entretiennent les bornes. Ils sont également le point de contact avec les utilisateurs finaux en cas de problèmes techniques avec une borne.

  • Les fournisseurs d’électricité (EDF) : comme leur nom l’indique, ils fournissent l’électricité des bornes.

  • Les fournisseurs de service de mobilité (Chargemap,...) : ils donnent accès aux bornes aux clients finaux via des programmes d’abonnement, des badges de recharge ou des applications. Ils gèrent également la facturation.

Où peut-ton trouver des bornes de recharge publiques ?

Les lieux de stationnement quotidiens sont de plus en plus équipés de bornes de recharges, ou à minima de prises renforcées. Bien évidemment les stations-services et les aires d’autoroute sont équipées de points de recharge, mais ce ne sont pas les seuls. En effet, on en trouve de plus en plus dans les parkings de commerces, restaurants, hôtels et autres lieux accueillant du public. Autre avantage : ces places sont souvent réservées aux voitures électriques.

A titre d’exemple, les principaux acteurs de la grande distribution tels que Leclerc, Système U, Casino ou encore Lidl, ont annoncé la multiplication du nombre de points de recharge sur les parkings de leurs magasins d’ici la fin de l’année. Il s’agira de bornes basiques mais également de bornes à recharge ultra rapide. Les hypermarchés voient cette installation comme un moyen d’attirer de nouveaux clients.

Comment recharger son véhicule ?

Ainsi, le réseau de bornes de recharge en France est composé majoritairement d’entreprises privées, même si quelques collectivités sont également présentes.

Pour recharger votre véhicule sur les bornes publiques, vous avez deux options : soit vous optez pour un abonnement auprès d’un opérateur de mobilité qui donne accès à une grande majorité du réseau de recharge, soit vous vous vous dirigez vers la solution des réseaux de bornes directement.

Parmi ces opérateurs de mobilité, Chargemap est l’un des plus connus. Pour utiliser ses services, il faut disposer de l’application et de la carte, qui sont très simple d’utilisation. Avec plus de 8 000 bornes de recharges accessibles en France, Chargemap est déjà choisi par plus de 100 000 utilisateurs. De plus, l’opérateur garantit de réinjecter l'énergie consommée sous forme d’électricité 100% verte, issue de l’énergie solaire ou éolienne. Chargemap n’est pas le seul sur le marché, on retrouve également KiWhipass, Izivia (filiale EDF), Newmotion, Fresmile, Plugsurfing ou encore Alizé (Bouygues).

Du côté des réseaux, les deux principaux sont Ionity et Tesla :

  • Ionity est présent sur beaucoup d’aires d’autoroutes françaises. Il n'est pas obligatoire de souscrire à un abonnement ou de disposer d’une carte Ionity pour les utiliser : il suffit de scanner un QR code sur la station de recharge. A noter que l’entreprise a des tarifs préférentiels avec les constructeurs Audi, BMW, Ford, Mercedes, Volkswagen, Porsche et Hyundai. Ainsi, si vous disposez d’une voiture chez l’un de ces constructeurs, il peut être intéressant de pencher pour un abonnement Ionity.

  • Tesla a également son propre réseau de superchargeurs, accessibles uniquement pour les utilisateurs de Tesla. Cependant, au mois de juillet, Elon Musk a annoncé l’ouverture de ce réseau à d’autres constructeurs automobiles d’ici la fin de l’année.

Il existe d'autres réseaux comme Corri-Door, dont les bornes avaient été désactivées au début de l'année 2020. Dernièrement, Vinci Autoroute réactive les points de recharge de ce réseau. Objectif : 187 aires de service équipées d'ici 2023.

Comment se passe la facturation à ces bornes ?

Les opérateurs de bornes facturent soit au kWh soit à la minute. A titre d’exemple, Ionity a opté pour la facture au temps passé à recharger le véhicule, soit 0,39 € par minute pour les bornes 50 kW et 0,79 € par minute pour les bornes 350 kW (ce tarif est dégressif pour les détenteurs d'un abonnement).

A noter que la recharge sera plus chère sur les axes autoroutiers.

Ce qu’il faut retenir

Au 1er mai, on décomptait plus de 30 000 points de recharge publics, un chiffre encore bien éloigné de l'objectif des 100 000 bornes fixé par l'Etat. Malgré tout, cela positionne la France au rang de troisième plus grand parc national de bornes de recharge publiques en Europe et cela lance une véritable dynamique d'équipement du territoire en infrastructures de recharge. Les acteurs sur le marché se multiplient et les réseaux couvrent des zones de plus en plus étendues. Cependant, il faut garder en tête que l'expansion du réseau ne doit pas complexifier la recharge pour les utilisateurs. La simplicité d'utilisation des bornes constituera un véritable challenge dans les années à venir pour les fournisseurs de mobilité.

image
Depuis 2010, plus de 371 000 véhicules électriques ont été mis en circulation en France. L’année 2020 a confirmé la progression des immatriculations propres, avec un triplement des ventes. Cette accélération rend nécessaire la multiplication des stations de bornes de recharges sur le territoire. Ainsi, l’État s’est fixé l'objectif ambitieux des 100 000 bornes d’ici la fin de l’année. Presqu'un an après l'annonce du plan, où en sommes-nous ?