Ce qui va changer en 2021 pour les véhicules électriques

  1. Accueil
  2. Blog
  3. Decryptage
  4. Ce qui va changer en 2021 pour les véhicules électriques

Malgré une crise sans précédent qui a touché de nombreux secteurs, le marché automobile a su éviter l'effondrement, grâce notamment aux ventes des véhicules électrifiés (hybrides et électriques).

Avec ce nouveau marché en constante évolution, l’année 2021 sera forte en changements pour l’électrique.

Bonus écologique : attention à la baisse

Le bonus écologique pour l’achat d’un véhicule neuf électrifié devait diminuer à partir de janvier 2021.

Bonne nouvelle, il est finalement étendu jusqu’au 30 juin 2021, pour permettre aux entreprises et aux particuliers d’investir plus facilement dans des véhicules plus propres.

Pour rappel :

Le bonus est de 7000 € pour les particuliers et 5000 € pour les entreprises pour un véhicule 100% électrique de moins de 45 000 €

- Il est de 3000 € pour les véhicules entre 45 000 et 60 000 €

Pour les véhicules hybrides rechargeables (émissions de Co2 entre 21 et 50g/km) et disposant d’une autonomie électrique supérieure à 50Km, il est de 2 000 €

Ces montants seront abaissés de 1000€ à partir de juin et à nouveau de 1000€ en 2022.

C’est donc le bon moment de profiter des avantages du 100% électrique.

A noter : depuis début décembre vous pouvez bénéficier d’un bonus de 1000 € pour l’achat d’un véhicule 100% électrique d’occasion (de plus de 2 ans)

Malus, encore un coup pour les voitures thermiques

Les véhicules thermiques n’échapperont pas à l’augmentation des taxes en 2021.

L’objectif est clair : dissuader l’achat des véhicules polluants (c’est-à-dire diesel et essence sans hybridation).

Malgré les efforts constants des constructeurs pour abaisser les émissions de Co2 de leurs motorisations, le thermique subit chaque année des coûts de plus en plus lourds.

Dès janvier, le seuil de déclenchement du malus passe donc à 133g/km de Co2.

Cependant, il est bon de noter que la TVS (taxe sur les véhicules de sociétés) est adaptée aux nouvelles normes WLTP pour éviter une augmentation trop brutale des coûts.

L’avenir des véhicules thermiques s’annonce compliqué, avec un arrêt prévu des ventes en 2040 en France (2035 en projet dans l’Union Européenne), il y a fort à parier que les constructeurs de véhicules vont rapidement arrêter de proposer ces motorisations et les acheteurs se tourner majoritairement vers de l’hybride et de l’électrique, sous peine de se retrouver avec des voitures invendables rapidement.

Une année pour se préparer : Loi LOM

Avec la loi LOM (loi d’orientation des mobilités), la transformation de notre mobilité est maintenant actée.

Cette loi prévoit de nombreuses mesures visant à rendre la mobilité plus durable pour les entreprises et les citoyens.

Les véhicules électrifiés devront constituer 10% des renouvellements à partir de 2022 et 20% à partir de 2024, pour terminer à 50% en 2030.

Un chiffre qui peut paraitre faible au départ, mais qui nécessite quand même une préparation et un accompagnement, notamment pour sensibiliser les conducteurs et prendre les devants pour l’installation des bornes de recharge.

Cette loi prévoie aussi la mise en place de zones à faibles émissions (ZFE), qui vont se multiplier dans les prochaines années.

L’objectif : limiter la circulation de certaines zones (en particulier urbaines) aux véhicules diesel et essence.

La circulation des voitures polluantes sera donc de plus en plus difficile et pourra impacter certaines activités qui nécessite des déplacements fréquents dans ces zones (déplacements en clientèle, livraisons,…)

De nombreuses nouveautés électriques

L’année 2021 verra la sortie de nombreux modèles de voitures 100% électriques.

Les marques ont investi massivement dans l’électrique et espèrent bien profiter des prochaines années pour étendre leur gamme.

Voici quelques lancements prévus pour cette année :

·     Audi avec son e-tron GT et son Q4 e-tron (aussi en version Sportback),

·     BMW avec la iX3 et la iX,

·     Ford avec son Mustang Mach-E,

·     Ioniq 5 (Ioniq sera la marque 100% électrique de Hyundai),

·     Mercedes EQA et EQS,

·     Nissan Qashqai e-Power et Ariya,

·     Opel Mokka-e, le Skoda Enyaq,

·     Volkswagen ID4 et ID5,

·     Renault avec sa Megane Electric…

Sans oublier les nombreux véhicules utilitaires avec des autonomies enfin convenables : Peugeot e-Partner, Renault Kangoo Electric, Citroen e-Berlingo…

Accélération de la recharge

L’objectif très ambitieux des 100 000 bornes, fixé par le Président de la République de recharge en France est toujours d’actualité en 2021.

Les primes liées aux bornes sont maintenues, afin de continuer l’expansion des bornes privées et publiques, mais le taux d’aide total pour les parkings privés des entreprises passe de 40% à 30% du prix de l’installation d’une borne (fourniture + mise en place). Le plafond reste inchangé avec 960 € HT (pour rappel il était à 1360 € jusqu’en novembre 2020 avec la prime pilotage énergétique, qui est désormais obligatoire)

Les aides pour l’installation de bornes publiques seront plus élevées (jusqu’à 9000€ HT)

Pour rappel le réseau public est aujourd’hui composé de plus de 30 000 bornes en France.

Conclusion

L’année 2021 sera encore une période de croissance pour les véhicules électrifiés. Les montants des aides, encore importants, permettront aux acheteurs qu’ils soient particuliers ou professionnels de s’équiper plus facilement.

Les objectifs de Co2 poussent les constructeurs à proposer des gammes électrifiées de plus en plus complète et des véhicules plus accessibles.

Enfin les autonomies augmentent et le déploiement des points recharge va fortement s’accélérer, de quoi limiter les premières craintes des utilisateurs.

image
Malgré une crise sans précédent qui a touché de nombreux secteurs, le marché automobile a su éviter l'effondrement, grâce notamment aux ventes des véhicules électrifiés (hybrides et électriques). Avec ce nouveau marché en constante évolution, l’année 2021 sera forte en changements pour l’électrique.